LE ROMAN DE LA MOMIE (1857) DE THÉOPHILE GAUTIER

0
180

THÉOPHILE GAUTIER 1811 – 1872

La bibliothèque numérique TV5MONDE vous offre la possibilité de télécharger et de lire gratuitement plus de 500 œuvres parmi les plus grands classiques de la littérature francophone.

https://bibliothequenumerique.tv5monde.com/livre/52/Le-Roman-de-la-momie

Genre : Jeunesse

Résumé :

Un égyptologue découvre, dans une tombe inviolée de pharaon, la momie d’une femme superbe, et le récit, en hiéroglyphes, de son histoire : elle s’appelle Tahoser ; avant d’être reine d’Egypte elle a aimé d’un amour passionné un jeune juif nommé Poëri. Le roman conte sa quête malheureuse de l’amour de Poëri, qui aime Rachel et participe à la fuite des esclaves juifs guidés par Moïse, tandis que Pharaon, qui veut l’épouser, la fait rechercher. Une histoire bien romantique d’amour, d’espionnages divers, de trahisons, de sacrifice et d’héroïsme, sur fond d’Histoire biblique.

Les premiers mots :

« J’ai un pressentiment que nous trouverons dans la vallée de Biban-el-Molouk une tombe inviolée, disait à un jeune Anglais de haute mine un personnage beaucoup plus humble, en essuyant d’un gros mouchoir à carreaux bleus son front chauve où perlaient des gouttes de sueur, comme s’il eût été modelé en argile poreuse et rempli d’eau ainsi qu’une gargoulette de Thèbes. »

Notre phrase préférée :

Une étroite robe, ou, pour mieux dire, un fourreau de gaze transparente, moulait exactement les contours juvéniles de son corps élégant et frêle.

THÉOPHILE GAUTIER 1811 – 1872

Auteur du 19e siècle

Biographie :

Théophile Gautier (1811-1872) est né à Tarbes mais devient très tôt parisien, élève avec Nerval au lycée Charlemagne. Il voulut d’abord être peintre, mais sa rencontre avec Victor Hugo, en pleine bataille d’Hernani, le détourne vers la littérature. À vingt ans il publie ses premières poésies, ses premières nouvelles dans la veine fantastique, mais c’est surtout sa doctrine formaliste de l’art pour l’art, exprimée dans la préface de son roman Mademoiselle Maupin qui le fait remarquer. Après avoir donné nouvelles et critiques d’art à Balzac pour le journal La Chronique de Paris, il collabore à de nombreux autres journaux. Des voyages en Espagne, Algérie, Grèce, Italie, inspireront son œuvre. Son roman Le Roman de la Momie , l’a rendu populaire, mais c’est son recueil Émaux et Camées, paru en 1852 et enrichi pendant vingt ans, qui le situe dans l’histoire littéraire comme le précurseur formaliste des Parnassiens, “poète impeccable” à qui Baudelaire dédie Les Fleurs du mal.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here