TSIMBAZAZA, L’HISTOIRE

0
307

Tsimbazaza se trouve dans un vallon en contrebas, entre la colline d’Ambohijanahary et la colline d’Analamanga.

Autrefois bosquet verdoyant et marécageux, la tradition orale raconte que Andrianampoinimerina y perd deux enfants. Par la suite, le Roi déclare l’endroit « tsy mba an-jaza », littéralement « qui n’est pas fait pour les enfants ». Son fils et successeur, Radama Ier, après avoir créé une armée régulière, fait aménager et nettoyer le marécage de Tsimabazaza pour que ses soldats puissent s’y laver après leurs exercices et leurs entraînements au champ de Mars de Mahamasina. Cet étang est appelé Amparihy.

Plus tard, le serétaire de Rainilaiarivony y fit construire une villa qui porte son nom : « Rasanjy ». C’est en août 1925 que le parc est créé à l’initiative de Edmond François avec l’appui du Gouverneur général Marcel Olivier. La gestion du parc est par la suite attribuée à ORSTOM (Office de la recherche scientifique et technique outre-mer) dans les années 1960 avant de passer la main au Gouvernement malgache en 1973.

Il prend officiellement le nom de «Parc Botanique et Zoologique de Tsimbazaza » en 1990. Dans son livre « Histoire du Parc botanique et zoologique de Tsimbazaza à Antananarivo », sorti en 2000, Suzanne Mollet écrit : “La flore de Madagascar est une des plus riches du monde, 12000 espèces, au lieu de 4000 pour la France. Un jardin botanique fut créé en 1926 par Edmond FRANÇOIS à Tananarive, capitale de Madagascar qui devait être un reflet de cette riche biodiversité.

Il se devait de présenter les divers milieux de l’île. Ombrière, palmeraie, arboretum et rocaille furent créés avec des expositions, soit chaudes et ensoleillées pour les plantes crassulescentes du Sud, soit ombragées pour les espèces de sous-bois : bégonia, fougères, orchidées, etc. Un grand lac occupait le centre avec des plantes aquatiques et des oiseaux. Plus tard, on y adjoint une partie zoologique et il devint le Parc Botanique et Zoologique de Tsimbazaza, où lémuriens, crocodiles, tortues, insectivores, carnivores malgaches et oiseaux endémiques y furent présentés au public. Un vivarium comprenant des reptiles, caméléons et lézards compléta cette partie “.

Via https://www.facebook.com/MuseeDeLaPhotographieDeMadagascar

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here