LES ORIGINES DE LA SOIE DU LANDY ET DU HALABE

0
38

La soie d’araignée existe depuis des siècle mais elle a disparu au fil du temps. Sa technique n’est pas si différente de celle du Landy.

Dans les années 1880, à Antananarivo, le missionnaire jésuite Paul Camboué, membre de l’Académie malgache et passionné d’arachnologie, a conçu une machine qui récolte les fils produits par la Néphile dorée. A l’époque, Madagascar disposait d’un atelier et d’une école qui formait aux techniques de la soie, s’inspirant des techniques traditionnelles de tissage.  Malheureusement, ce projet s’est avéré très onéreux et l’exploitation à l’échelle industrielle de ces araignées a fait proliférer des moustiques, vecteurs de paludisme.

En 1898, Mr Noguè qui était l’un des directeurs de l’école professionnelle de tissage fit fabriquer un nouvel appareil d’extraction des fils d’araignée. Des essais ont ainsi été réalisés à Lyon grâces aux pontes d’araignées envoyées par le Gal Gallieni, mais les halabe ne résistèrent pas au climat et au voyage et périrent tous, si bien que le projet en resta là. Les dernières pièces confectionnées à partir de soie d’araignée datent de la fin du XIXème siècle et ont été créées pour l’Exposition universelle de Paris en 1900 : il s’agissait d’un ensemble de couvertures pour un lit à baldaquin entièrement faites en soie d’araignées de Madagascar. Aujourd’hui, cette pièce a malheureusement disparu.

http://www.slateafrique.com/81577/araignees-madagascar-soie-haute-couture

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here