lundi 8 mars
Home Rubrique Art & Culture MAFALDA EST TRISTE, QUINO EST PARTI

BANDE DESSINÉE

MAFALDA EST TRISTE, QUINO EST PARTI

Le dessinateur argentin Quino, l’auteur du comic strip “Mafalda” qui met en scène une petite fille curieuse et philosophe s’interrogeant sur l’actualité et le monde des adultes, nous a quitté le 30 septembre.

Le dessinateur Quino, de son vrai nom Joaquín Salvador Lavado Tejón, est né le 18 juillet 1932 à Mendoza en Argentine. Dès son plus jeune âge, il montre de l’intérêt pour le dessin. À 13 ans, juste après la mort de sa mère, il intègre les Beaux-Arts. Deux ans plus tard, son père décède à son tour. Quino abandonne ses études et décide de devenir illustrateur. Il s’installe à Buenos Aires, où il décroche des petits contrats dans la publicité. En 1962, dans le cadre d’une commande publicitaire, il dessine une petite fille à l’imposante tignasse brune. Le client refuse finalement la publicité, mais le personnage de Mafalda est né. L’aventure Mafalda va durer près de dix ans. À partir de 1973, Quino déménage à Milan et se consacre uniquement au dessin d’humour. Souffrant de problèmes de vue, il ne dessinait plus depuis 2013. Quino est décédé le 30 septembre 2020 à Mendoza en Argentine. Il avait 88 ans.

Deux ans après sa naissance sous les coups de crayon de Quino, la petite Mafalda fait ses premiers pas dans une revue hebdomadaire, “Primera plan”. Sur un ton satirique, Quino met en scène Mafalda dans sa vie de tous les jours. La petite fille pointe les absurdités du monde adulte et fait parfois des allusions à la politique de son pays, alors sous dictature militaire. Le succès de ce comic strip est tel qu’il s’exporte à l’étranger. Pendant près de dix ans, de 1964 à 1973, Quino va décliner les aventures de Mafalda pour le plus grand bonheur de ses fans.

Quino est souvent comparé à Sempé. Les deux dessinateurs ont exactement le même âge. Ils partagent le même humour absurde et s’intéressent aux petites gens, aux personnalités anticonformistes et à la poésie du quotidien. L’oeuvre de Quino rappelle également celle de Charles Schulz, le père de Snoopy. Ses illustrations poétiques et symboliques ont été publiées dans des recueils qui remportent un franc succès. Son oeuvre a été couronnée par de nombreux prix, notamment le prix Quevedos et le prix international Gat Perich.

© L’intern@ute