À NE PAS MANQUER CE SOIR SUR FRANCE 2

0
119

MARDI 6 OCTOBRE À 22H05 ET 23H27 SUR FRANCE2

  • Partie 1 à 22h05 : La fracture (1931-1954)
  • Partie 2 à 23h27 : La rupture (1954-2017)
  • Histoire de David Korn-Brzoza
  • Durée : 1h22mn chaque partie
  • Déconseillé au moins de dix ans
  • Pays de production : France

La décolonisation française est le plus long conflit que la France aura connu au XXe siècle. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et durant trois décennies, la République s’est acharnée à conserver ses colonies par tous les moyens. Une histoire peu connue faite de sang et de larmes, d’espoirs et de renoncements qui a laissé des traces encore profondes aujourd’hui.

Réalisés à partir d’images d’archives en grande partie inédites et mises en couleur, ces deux films en résonance avec les débats les plus brûlants de notre société actuelle donnent la parole aux témoins, acteurs et victimes de cette page douloureuse de notre histoire ainsi qu’à leurs descendants. Trois générations qui des années après les faits sont les dépositaires d’une mémoire à vif et dont les récits constituent une histoire commune qui n’en finit pas de nous façonner et de faire débat.
« Décolonisations, du sang et des larmes » nous rappelle que désormais le dernier grand tabou de l’Histoire de France doit se raconter à plusieurs voix.

Présentation des films

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, après des années d’un ordre colonial immuable, la quarantaine de territoires et les quelques 110 millions d’hommes et de femmes placés sous la domination de la France se trouve soudain ébranlée.
Partout les peuples colonisés ont soif d’émancipation. Restant sourde au vent de l’histoire, la France va pourtant s’acharner à conserver ses colonies par tous les moyens. Un aveuglement qui a nourri des décennies de haine et de violences, alimentant un conflit d’un quart de siècle ponctué par une vague de répression inouïes. Cette page douloureuse de notre histoire a laissé une marque indélébile dans les coeurs et dans les âmes qui n’en finit pas de nous façonner. Au point qu’aujourd’hui encore, les blessures toujours vivaces, témoignent d’un passé qui ne passe pas. 

Partie 1 : La fracture (1931-1954)

Dès les années 30, alors que l’empire colonial français est à son apogée, les premières revendications d’indépendance se font entendre mais la France reste sourde à ces manifestations. La seconde guerre mondiale va rabattre les cartes et remettre en question un système de domination qui semblait jusque-là immuable. S’engage alors un cycle de répressions qui va durer un quart de siècle. Du Sénégal à l’Indochine et de Madagascar à l’Algérie en passant par le Maroc et la Côte d’Ivoire, la France va tenter coûte que coûte de conserver ses colonies. En vain.


Partie 2 : La rupture (1954-2017)

Après huit années de conflits meurtriers, l’Empire colonial français craque de toute part.
La défaite de Diên Biên Phu oblige la France à abandonner l’Indochine, puis ses comptoirs indiens. Pour tous les peuples colonisés, c’est une étincelle : la France, aussi puissante qu’elle soit, peut être vaincue. La Guerre d’Algérie éclate aussitôt. De l’Afrique aux Antilles en passant par l’océan Indien et la Polynésie, l’incendie se propage mais à rebours du vent de l’histoire, la République répond par la force quand elle n’use pas de la ruse pour tenter de préserver ses possessions.

INTERVENANTS

Acteurs ou victimes, témoins directs des événements et passeurs de mémoire ; aujourd’hui trois générations d’hommes et de femmes sont les héritiers de cette grande page d’histoire commune des deux côtés du miroir colonial. 

NOTE D’INTENTION DES AUTEURS

“L’histoire de la décolonisation française débute avec la Seconde Guerre mondiale ; mais cette fois, la puissance occupante, c’est la France. Une occupation brutale, qui s’achève dans le sang et les larmes et qui devait enfin être racontée dans toute son ampleur et sa complexité.
Au cours de nos recherches et de nos tournages aux quatre coins du monde, nous nous sommes attelés à comprendre les destinées de ces hommes et de ces femmes dans ce qui fut une guerre de trente ans. Un conflit au cours duquel la République a déployé un système répressif d’une violence inouïe afin de conserver ses colonies à tout prix.
Au-delà d’une histoire politique, nous avons choisi de rassembler les mémoires encore à vif de cet événement fondateur en interrogeant les témoins qui ont vécu ces événements de l’intérieur mais aussi leurs descendants.Au terme d’une minutieuse enquête, de part et d’autre du miroir colonial, une quarantaine d’entre eux ont accepté de nous livrer leurs témoignages. Tous sont porteurs d’une mémoire meurtrie.
Mis en écho avec des archives en grande partie inédites mises en couleurs ; cette somme de récits personnels constitue une grande histoire collective, une histoire commune que chacun peut désormais s’approprier pour comprendre ce traumatisme indélébile qui n’en finit pas de nous façonner.”

David Korn-Brzoza et Pascal Blanchard 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here