LA TORTUE SOURIANTE EST SAUVÉE

0
189

Elle a désormais une très bonne raison de sourire. La tortue Batagur trivittata, une espèce qui fût très longtemps en danger critique de disparation, est désormais sauvée de l’extinction. Grâce au programme de conservation mené en Birmanie, cette population de tortues atteint désormais les 1.000 individus.

L’UICN envisageait de classer la tortue Batagur trivittata comme « éteinte »en 2000, après qu’aucune découverte de spécimens sauvages n’a pu être faite par des scientifiques ayant obtenu l’autorisation d’entrer légalement au Myanmar. Mais un programme de reproduction de 20 ans a permis de reconstituer une population de 1 000 tortues, et ce n’est que le début.

UNE DISPARITION PROGRAMMÉE

« Nous avons été si près de les perdre », a déclaré l’herpétologue Steven Platt, de la Wildlife Conservation Society (WCS), « Si nous n’étions pas intervenus au moment où nous l’avons fait, cette tortue aurait tout simplement disparu. »

Batagur trivittata est considérée comme une tortue géante, pouvant mesurer jusqu’à 61 cm de long. Les femelles deviennent plus grandes que leurs homologues mâles. L’habitat naturel de la tortue est le réseau hydrographique du Myanmar (ex-Birmanie), mais un spécimen vivant a trouvé son chemin dans la collection d’un passionné de tortues américaines au début des années 2000 après avoir été vendu dans une animalerie de Hong Kong. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Elle a fait sensation », a déclaré Rick Hudson, président de la Turtle Survival Alliance (TSA). Les écologistes, a-t-il dit, soupçonnaient les trafiquants locaux de faire sortir clandestinement des animaux du Myanmar.

UNE BELLE HISTOIRE

Le biologiste Gerald Kuchling, de l’université d’Australie-Occidentale, a également été alerté de l’existence de cette espèce, avec une observation sur le terrain qui l’a pris par surprise. Il a organisé une expédition sur les cours supérieurs des rivières Chindwin et Dokhtawady, au Myanmar, pour approfondir ses recherches, et a été surpris de découvrir un certain nombre de spécimens survivants.

Il les a fait transférer au zoo de Mandalay en un rien de temps, car un projet de barrage allait décimer une partie de leur habitat naturel peu après. Un programme d’élevage a été inauguré.

LA TORTUE SOURIANTE EST SAUVÉE

En août, l’herpétologue Platt et son équipe ont publié la première description des éclosions de Batagur trivittata dans la revue scientifique Zootaxa. L’espèce, explique M. Platt, était « historiquement répandue et apparemment prospère » ; le déclin de la population au cours des décennies a résulté de « la collecte systématique des œufs, de la capture des adultes à des fins de subsistance, et de la perte d’un habitat de nidification essentiel ».

Dans le cadre du programme de reproduction, le biologiste Kuchling a mis en place une « intendance de la conservation », enrôlant les villageois locaux du Myanmar pour surveiller et protéger les berges et les femelles sauvages nicheuses. La plupart des tortues inscrites au programme de reproduction ont été et sont encore gérées en captivité sur trois sites au Myanmar, et un petit nombre d’entre elles ont été relâchées avec succès dans la nature depuis 2015.

Le plus encourageant est que les femelles sauvages se reproduisent à nouveau. Le mâle de la tortue birmane a même un atout coloré dans son jeu pendant la saison des amours : sa tête passe du vert au jaune, avec des marques noires frappantes, lorsqu’il est prêt à trouver une partenaire.

UNE RÉUSSITE EXCEPTIONNELLE

M. Hudson a présenté au l’augmentation de la population de la tortue, qui est passée de la quasi-extinction à 1 000 individus dans la nature, comme « l’une des meilleures réussites que nous ayons en matière de conservation des tortues au niveau mondial ». M. Platt a fait remarquer que les pratiques de pêche non durables restent la plus grande menace pour la survie de l’espèce.

Pour l’instant, le WCS et la TSA ont diffusé au public une série de photos  de bébés tortues Batagur trivittata, dans lesquelles les petits, en bonne santé, qui portent tous les expressions faciales caractéristiques de l’espèce, ont certainement de quoi sourire.

Source : WCS & TSA

Crédits photos : © WCS et TSA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here