MARÉE NOIRE À MAURICE, LE DIFFICILE SAUVETAGE

0
164

Le 25 juillet, MV Wakashio, un pétrolier battant pavillon panaméen transportant plus de 4000 tonnes de pétrole lourd, de lubrifiants et de diesel s’est échoué au sud-est de l’île Maurice, à seulement 2 km de l’île aux Aigrettes, réserve naturelle insulaire gérée par la Mauritian Wildlife Foundation (BirdLife Partenaire et membre de l’UICN) et abritant des sous-populations de pigeons roses, de pigeons oliviers de Maurice, de scinques de Telfair, de geckos de Guenther et des dizaines de plantes endémiques, dont la plupart sont inscrites sur la liste rouge de l’UICN.

La Mauritanian Wildlife Foundation lutte contre les conséquences potentiellement dévastatrices de la marée noire provoquée par l’échouage du Wakashio au large des côtes de l’île Maurice. L’ONG se concentre notamment sur la préservation de la faune et de la flore de l’île aux Aigrettes, un petit îlot situé à proximité de l’épave. Vikash Tatayah, le directeur de la conservation de l’ONG, explique la stratégie déployée pour tenter de limiter aux mieux l’impact de la catastrophe : « Certaines plantes menacées se trouvant dans une pépinière sur l’île aux Aigrettes ont été mises en sureté sur l’île Maurice. Le cas des animaux est plus difficile à résoudre. En effet, les déplacer dans un environnement inconnu pour eux comporterait plus de risques que de les laisser sur place. Par conséquent, seuls certains individus appartenant à des espèces menacées ont été déplacés. »

Présente depuis 1985 sur l’île aux Aigrettes, la Mauritanian Wildlife Foundation a déjà travaillé à la réparation des dégâts causés par l’échouage de 6 bateaux ces dernières années.

La Mauritian Wildlife Foundation est la seule organisation non gouvernementale (ONG) de l’île Maurice à s’occuper exclusivement de la préservation des espèces végétales et animales endémiques de Maurice en voie de disparition.
Son travail : Le travail effectué à l’île Maurice est un des exemples les plus réussis en matière de conservation dans le monde. En effet, le travail de restauration de la MWF a débuté dans les années 1970 et a permis de sauver de l’extinction la Crécerelle de Maurice, la Grosse Câteau Verte et le Pigeon des Mares. La MWF développe également des protocoles de récupération d’espèces végétales endémiques. Elle travaille sur l’île Rodrigues dans le but d’y restaurer la faune et la flore et de replanter la forêt indigène. De plus, la MWF participe activement à la restauration de plusieurs îles, en particulier l’île aux Aigrettes et l’île Ronde. Celles-ci abritent une biodiversité d’importance mondiale hautement menacée. Les efforts de conservation menés par l’organisation bénéficieront aux générations futures. Enfin, la MWF soutient le renforcement des capacités locales et, par ses activités, crée de l’emploi local. Ainsi, elle continue de prospérer en tant qu’organisation solide, dynamique et novatrice.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here