DOMINIQUE BECAM, PHOTOGRAPHE DU CŒUR

0
193

Dominique BECAM est né en Allemagne à Baden Baden. Depuis l’âge de 14 ans il photographie. Directeur commercial, marié et père de 2 enfants, il a dû mettre son « hobby » en “veilleuse” pendant des années pour pouvoir enfin se consacrer totalement à sa véritable passion, maintenant qu’il est à la retraite.

Amoureux de Madagascar et grand humaniste, il a parcouru la Grande Île, à la recherche de scènes de vie et de portraits authentiques. De nombreuses expositions en France et en Allemagne dont notamment « Visa OFF » de Perpignan où il reçut deux fois le premier prix en 2011 et 2012, ont cadencé sa vie. Tous les droits d’auteur de ses expositions et de ses livres sont reversés à des associations qui œuvrent auprès des enfants malgaches.

Aujourd’hui, il partage son temps à sillonner ses deux pays de prédilection que sont Madagascar et l’Inde, avec toujours des expositions et des livres au profit de diverses associations.

“J’ai essayé par mes portraits, toujours pris en “live” et jamais posés, d’exprimer tout mon ressenti. J’ai pu ainsi graver dans ma mémoire d’une manière indélébile, des souvenirs d’une richesse incomparable. Les faire partager est mon plus grand plaisir. Il faut prendre le temps, non pas de les voir, mais de les regarder pour y trouver tout ce que l’être humain peut apporter. Je ne me considère pas comme étant un photographe, je ne suis qu’un emprunteur puis un colporteur d’un dixième de seconde de vie qui ne se reproduira jamais plus.”

“Ce que j’aime dans la photographie c’est cet échange, ce sourire, ce clin d’œil, cette communication sans parole, cette conversation muette, qui fait que le sujet et le photographe sont l’espace d’un instant sur la même résonnance et prennent le même train. Puis, une fois le cliché pris et montré, c’est l’étonnement de l’autre, parfois la fierté, parfois le pourquoi.

Et enfin à la séparation, avant le merci, le au revoir dans la langue de l’autre, avec souvent un accent abominable qui les fait rire, l’éternelle question : “where are you coming from ?”

Je sors mon minuscule Atlas et leur montre la France. Étonnement et non-connaissance m’attendent alors. Je leur explique avec des gestes que je prends un avion et qu’il a fallu 10 heures pour que je les rencontre.

Tous ces éléments font qu’un photographe reçoit à longueur de journée des ondes extraordinaires et non seulement il apprécie sa photo, mais chacune lui rapporte à longueur de temps l’immortalité de la compréhension de deux individus.

Aucune de mes photos n’a été volée… jamais posée, mais toujours montrée … après.

Dans un visage, l’instant d’un centième de seconde, tout se devine, tout se comprend.

Les yeux deviennent le livre de la vie. Il est ouvert à celui qui veut bien prendre le temps de le lire.

Le sourire est la paix du monde. Les pleurs en sont sa souffrance. Les rides en seront les archives.

J’ai sillonné le monde à la recherche de ces “gueules”. Durant un instant nous avons été complices, la barrière de la langue s’était estompée. Il ne me reste que le souvenir. Mon Nikon demeurera ma plume.”

Pour toutes les photos : © Dominique BECAM – tous droits réservés

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here