ENTREMER, L’ART D’ÊTRE INTENSÉMENT DIFFÉRENT

0
393

Nous vivons des temps difficiles, de bouleversements de nos repères, cherchant nos marques pour avancer dans un futur incertain. Nous avons besoin de repos, de soleil, de nous rapprocher de la Nature, de réinvestir nos corps, de retrouver l’amitiés et le rire. Besoin de reprendre la barre de nos destins.

© Entremer

Au cœur du Menabe (60 km de Morondava), à proximité du village de Belo sur mer, l’hôtel Entremer est un lieu différent.

Parce qu’il est l’un des derniers endroits accessibles et préservés où être au bout du monde n’exclut pas le confort, où le silence, la lumière et l’eau trouvent leurs places, où l’accueil est avant tout celui du cœur, dans un amical voisinage avec le village vezo voisin.

Côté plage, la mer se laisse voir dans tous ses états. Transparente ou découvrant l’estran scintillant et grouillant de vies minuscules, en belles vagues sur les plus hauts marnages, maîtrisée par une barre rocheuse plus au large en une piscine naturelle à mi marée, argentée sous la pleine lune, noire sous le scintillement des milliers d’étoiles.

Être les pieds dans l’eau a son vrai sens, puisque la limite ouest de l’hôtel est sa plage, baignée par la mer du Mozambique, ouverte vers le large, et longue de 4 km jusqu’à la baie suivante, à parcourir à pied ou en pirogue à voile. L’atmosphère y est totalement livrée aux lumières marines jouant sur les tonalités de sable, ne s’y croisent que des petits crabes et parfois un pêcheur, remontant sa pirogue, ou une femme se rendant au marché.

Il est l’heure d’apprendre à vivre avec le temps, de prendre rendez-vous avec un coucher de soleil ou un lever de lune, d’observer les jeux de voile des boutres atteignant ou quittant leur point d’ancrage, d’écouter les cris des oiseaux marins, bécasseau, sterne, gravelot, tourne-pierre ou aigrette, et le froissement du vent dans les palmes de satrana, les branches de filaos.

De l’autre côté, au sud par la lagune, le village est à quelques minutes, accessible en tout temps, avec ses vieux gréements en différentes étapes de construction, comme il y a un siècle, sur le modèle des goélettes bretonnes. Chaque propriétaire y travaille à ses heures libres, et selon l’argent dont il dispose, avec assiduité et fierté, partageant aimablement son savoir avec le visiteur. Si le jour est favorable, et le travail fini, ce sera le temps du lancement, fête haute en couleurs et en musique, où la communauté vezo se soude en grappes humaines le long des cordes de halage, pour tirer le bateau jusqu’à l’eau, ou en bandes gaies de danseuses. L’étranger est le bienvenu, dans une relation chaleureuse, simple et d’égal à égal.

En 8 ans, l’hôtel Entremer a trouvé sa place dans cet environnement, en bonne entente avec le village, dans le partage respectueux de la culture de ce peuple de la mer, tout en préservant son isolement,  son indépendance.

Se limiter à 6 bungalows sur 2 ha de terrain arboré, c’est un vrai choix. Celui de l’espace et de l’attention, celui du respect de l’intimité de chacun.

Suffisamment distants les uns des autres pour ne pas altérer cette rare sensation d’être loin de tout, les bungalows sont vastes (30 m2  par chambre), bien aérés par les nombreuses fenêtres en nacos de bois, construits en harmonie avec l’architecture locale, décorés avec un souci constant des détails. Bungalows standards à habiter en single, couple ou twin (terrasse, chambre, salle de bain) bungalows familiaux (terrasse, deux chambres totalement cloisonnées, salle de bain) pour un vivre ensemble familial ou entre amis.

Un choix et un engagement aussi de respecter la Nature en fonctionnant entièrement à l’énergie solaire (y compris les lampes et prises de courant dans les chambres), en utilisant des sources de bois contrôlées, en ménageant l’eau potable, en recyclant et triant les déchets, en encourageant et soutenant les pêcheurs qui apportent tous les jours leurs prises pour qu’ils ménagent les ressources halieutiques.

© Entremer

Engagement également de maintenir une équipe de 8 employés, tous déclarés et profitant d’une couverture sociale et scolaire, même en temps de crise, de partager avec eux de nouvelles connaissances et pratiques professionnelles.

© Entremer

Chef de cuisine, Laurence, propriétaire gérante, a ainsi formé des jeunes filles du village à préparer avec elle des plats variés, aux saveurs simples, inspirés par les arrivages du jour, tout en se fiant à leur expérience pour les plats traditonnels vezo. Si la préférence est donné aux poissons et fruits de mer – à Belo, la mer est encore généreuse – les viandes et les volailles ne sont pas exclues, sur demande, et les légumes, très présents à tous les repas en accompagnement, se diversifient joyeusement  pour devenir plat principal végétarien ou vegan. Car le principe de table d’hôte n’exclut pas la souplesse, dans le désir de faire plaisir à tous les goûts et à tous les appétits.

Ouvert sur la mer, le restaurant est aussi, par son jeu permutable de tables,  un lieu de vie et de rencontres. Dîner en amoureux ou en groupe, prendre du temps ensemble autour d’un jeu de société ou de cocktails maison, emprunter un livre à la bibliothèque tournante pour le lire sur l’une des terrasses qui font face au grand large, profiter de la connexion Wifi pour dire à ses proches : Tout va bien,

Néanmoins, l’hôtel n’est pas un bulle close, aussi douillette soit-elle, et nombreuses sont les excursions à faire aux alentours, en pirogue à moteur ou à voile, en voiture, ou à pied, pour un séjour de plusieurs jours, bien équilibré.

Menaky et la splendeur de sa baie, profonde et fraîche même à marée basse, son village pittoresque, et sa longue barre rocheuse, environnée de poissons multicolores.

Les îlots coralliens, sable blanc sur mer turquoise, où le snorkeling demeure une belle expérience.

La découverte des mangroves en kayak, au fil de l’eau et dans le labyrinthe des palétuviers.

© Entremer

Mité, ses dunes, ses baobabs, ses lacs où s’installent durant la saison sèche les flamants roses et diverses espèces d’oiseaux aquatiques, et sa baie voisine, Manahy, abritant un peuplement de chauves-souris géantes.

Ambararata et sa forêt sèche, où les lémuriens sautent de baobab en baobab. Les salines avec son atmosphère lunaire et ses paludiers à l’ancienne, sa forêt de baobabs nains. Ankoasifaky, ses lémuriens et ses fosas…

© Entremer

Puis, revenir « chez soi », le corps détendu par le soleil, la mer et le grand air, se faire masser face à la mer.

La nuit viendra, les engoulevents feront écho aux appels des geckos, cherchant autour des lampes de menus insectes, puisque les moustiques sont rares.

En l’absence de pollution lumineuse, le ciel est immense. Croix du sud, Voie lactée, Orion, Scorpion, Grand et petit chien, l’éternité parle, en années lumière.

Entremer est un lieu différent parce qu’il y règne une joie de vivre, une tranquillité, un esprit de partage. D’émotions, d’idées, de connaissances, de bien vivre ensemble.

Un lieu pour être soi. Pour reprendre souffle.

Avec des prix très doux pour les Résidents de Madagascar en cette année de crise, sans rien perdre en qualité, c’est une aventure exceptionnelle.

Hôtel ENTREMER 032 11 472 45 / 033 15 472 45

contact@beloentremer.com

www.beloentremer.com

D’autres photos et Vidéos sur Facebook (hotelEntremerbelosurmer ), Instagram (entremerbelo), YouTube (http://www.youtube.com/channel/UCKdqQXqEuDnK_5fyPQ-DQAQ)

Prix d’excellence Trip Advisor 2016, 2017, 2018, 2019 / Guide du Routard, Petit Futé, Google Business

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here