LES ESPÈCES MARINES DU CANAL DU MOZAMBIQUE (3)

0
107

Madagascar abrite certains des plus beaux, des plus divers et des plus grands récifs coralliens du monde.  Cet espace marin est unique et est un « hotspot » de la biodiversité mondiale. Il regroupe les écosystèmes côtiers et aquatiques les plus riches et diversifiés du monde.

La baleine à bosse (Megaptera novaeangliae)


La baleine est reconnaissable à son dos entièrement noir, sa tête et sa mâchoire qui sont couvertes de petites protubérances.  Adulte, elle mesure jusqu’à 18 mètres de long et pèse jusqu’à 30 tonnes.  A l’approche de l’hiver austral, elles quittent les eaux polaires de l’Antarctique sans s’alimenter, pour rejoindre les eaux chaudes et tropicales de Madagascar propices à la reproduction et aux premières semaines de la vie du baleineau. Ces baleines sont visibles entre juin et septembre au large des côtes occidentales et orientales de Madagascar. Au niveau global, leur population a augmenté, (GG la baleine) et donc elle est une espèce de ‘Préoccupation mineure’ dans la liste rouge de l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN). 

La Grande Raie-guitare (Rhynchobatus djiddensis)


C’est un poisson cartilagineux (squelette composé de cartilage) dont les requins font partie  également. Elle habite les fonds sableux, entre 2 et 50 mètres de profondeur, et peut atteindre une taille de 3 m et un poids de plus de 200 kg à l’âge adulte. Elle se nourrit essentiellement de petits poissons, crustacés, invertébrés et bivalves. La grande raie-guitare constitue une cible de choix pour la pêche car sa chair est excellente, et ses ailerons de grande qualité sont très prisés par le marché asiatique. Elle devient de plus en plus difficile à observer, et la population globale est en diminution. La Grande raie-guitare est actuellement classée ‘En danger critique’ dans la liste rouge de l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Le Triton géant ou Triton conque (Charonia tritonis)


Le Triton géant, appelé aussi ‘Antsiva’ en langage local, est un mollusque gastéropode vivant dans les zones de récifs coralliens. Les adultes peuvent atteindre une taille exceptionnelle de 50 cm. Il se nourrit de mollusques, de crustacés et d’étoiles de mer. Il est le seul prédateur de l’étoile de mer Acanthaster planci ou couronne d’épines, espèce invasive prédatrice des récifs coralliens, pouvant détruire de larges zones récifales. Le Triton géant est utilisé chez les pêcheurs Vezo en guise de trompe d’appel, mais aussi ramassé pour sa magnifique coquille, qui est vendue aux touristes. Il est de plus en plus rare à observer, et leur population globale est malheureusement en déclin. Le Triton géant est classé ‘Vulnérable’ dans la liste rouge de l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Hippocampe (Hippocampus borboniensis)


Le « Soavalindriaka » ou littéralement Chevaux de mer. L’Hippocampe est un poisson de très petite taille (14 cm maximum pour cette espèce) au corps allongé couvert d’anneaux de plaques osseuses, avec la tête formant un angle droit et une queue préhensible. Ils se déplacent verticalement grâce à leur nageoire dorsale, et sont observés le plus souvent attachés par leur queue préhensile à une algue ou une feuille de phanérogames marines. Ils utilisent une technique de camouflage pour se fondre dans le milieu où ils se déplacent et ainsi échapper à leurs prédateurs. Très futés ces petits ! Ils se nourrissent d’invertébrés minuscules et de larves de poissons qu’ils aspirent avec leur petit museau tubulaire. Les hippocampes sont fortement menacés par les captures accidentelles au fond des filets de pêche, ou par le ramassage direct. Les individus sont exportés par kilogramme vers les marchés asiatiques. Les individus sont séchés et utilisés généralement dans les médecines traditionnelles.

Source: https://www.wwf.mg/?3525441/Les-especes-marines-du-Nord-du-Canal-de-Mozambique

Previous articleFIER MADA 2021 AU KIANJA MAKI
Next articleAU FIL DES ANDES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here