« IL PAVAROTTI », MARIAGE DE LA GLACE ET DU FEU

0
90

Il est des mariages improbables, comme la glace et le feu. Cependant NeronE Ristorante Italiano en a fait le plus sublime des desserts italiens, en hommage au plus célèbre des chanteurs italiens.

Nous n’allons pas tout vous dire ! C’est l’une des surprises du NeronE !!!!

Imaginez qu’il aura fallu des mois de travail et de recherches à toute l’équipe en cuisine pour réussir le pari de marier la glace italienne et le feu de la pizza.

C’est grâce à son partenaire de longue date, ‘Profumi Italiani’, fabricant local de gourmandises italiennes à base de produits de qualité, que cette prouesse a pu être réussie.

Nous ne vous donnerons pas tous les détails de ce sublime dessert, sachez seulement, pour vous mettre l’eau à la bouche, qu’il renferme un trésor, de la glace à la vanille de Madagascar.

 

 

Luciano Pavarotti 

Qui d’autre peut incarner l’Italie mieux que lui ? Voix unique, triomphalement acclamée par le public et souvent comparée à Enrico Caruso, Luciano Pavarotti s’impose progressivement comme l’un des maîtres du bel canto. Grand interprète du répertoire lyrique italien, il dépasse au cours de sa carrière les limites de la scène pour devenir une figure récurrente des stades aux côtés de José Carreras et Placido Domingo, les «Trois Ténors», et réussit à communiquer sa passion pour l’opéra et son art au grand public.

Issu d’une famille aux moyens modestes, Luciano Pavarotti découvre la musique et plus précisément le chant dans une chorale, aux côtés de son père. Bien qu’il décide de suivre une formation d’instituteur, il n’oublie jamais sa passion pour le chant et se perfectionne auprès d’Arrigo Pola (qui accepte de le former gratuitement) et d’Ettore Campogalliani. Il fait ses débuts en 1961 au Théâtre municipal de Reggio Emilia dans le rôle de Rodolfo dans LaBohème de Puccini qui restera le rôle le plus marquant de sa carrière : « Rodolfo ? Mon premier amour, le symbole de ma rencontre avec le monde merveilleux de l’opéra qui, trente-cinq ans plus tard, m’enchante encore et me rend profondément heureux. » (Opéra Magazine 2007). 

Concert après concert, Luciano Pavarotti démontre sa passion et sa maîtrise du répertoire lyrique italien.faut peu de temps pour qu’il se fasse un nom, et Pavarotti est invité en 1965 à faire ses débuts américain avec Joan Sutherland dans Lucia di Lammermoor ; il restera un partenaire habituel et ami de la soprano jusqu’à la fin de sa carrière.

Pendant plusieurs décennies, Luciano Pavarotti enchante les publics des plus grandes salles de concert et scènes d’opéra. Hormis sa maîtrise exemplaire du bel canto, Luciano Pavarotti séduit également son public par sa personnalité exubérante, et notamment par sa passion pour le football : en 1990, son interprétation de l’air « Nessun Dorma » est sélectionnée comme thème de la Coupe du Monde de football. C’est à cette époque que naît également le projet des « Trois Tenors », ensemble que le chanteur forme avec José Carreras et Placido Domingo. Ce trio au succès phénoménal, interprétant les tubes du répertoire de l’opéra, est à l’origine d’un nouveau genre de cross-over surnommé le « popopéra ». Pavarotti monte sur scène également avec les grands chanteurs pop de l’époque tels que Mariah Carey, Céline Dion, George Michael, Eric Clapton, Barry White, James Brown, Bon Jovi, Sting, Bono, Elton John ou encore les Spice Girls. Cette période marque le début d’un éloignement de la scène lyrique, le ténor souhaitant plus s’associer à la musique et aux chansons de son époque qui valent à ses yeux les grands airs d’opéra.

Malgré son succès commercial, Luciano Pavarotti se voit critiqué en fin de carrière, ses détracteurs lui reprochant notamment de favoriser les prestations dans les stades au détriment des salles d’opéra. Cependant, le nom de Luciano Pavarotti demeure encore aujourd’hui comme une référence incontournable de l’art lyrique et de l’Italie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here