UNE CAPE EN TOILE D’ARAIGNÉE HALABE DE MADAGASCAR

0
439

Une cape jaune, élégante et solaire, a été fabriquée à partir de la soie d’araignée. C’est l’œuvre des araignées dites Golden Orb, ou néphile dorée de Madagascar – Halabe (en malgache). Le tissage d’une soie de cette qualité s’est inspiré de la tradition malgache du fil à soie d’araignée.

25 000 halabe  pour produire 30 grammes de soie d’araignée

La néphile dorée est une araignée  impressionnante. Elle mesure jusqu’à 20cm et son corps est jaune et noir. Elle peut tisser jusqu’à 12m2 de fil chaque jour : un fil très particulier car il est si souple qu’il peut s’étirer très largement sans se casser. Sa résistance est telle que la toile de la néphile dorée peut arrêter un oiseau dans son envol.

Le Français François-Xavier Bon de Saint-Hilaire  (1678-1761) est le premier à créer une pièce à partir de la soie d’araignées. Ce dernier a fait bouillir les cocons puis extrait les fils avec un peigne pour faire des chaussettes, des gants et, prétendument, un costume pour le roi Louis XIV. Les dernières pièces confectionnées à partir de soie d’araignée datent de la fin du XIXème siècle et ont été créées pour l’Exposition universelle de Paris en 1900 mais il ne reste aucun modèle. Depuis, la soie d’araignée a subi quelques expériences, certains ont même essayé, sans grande conviction, de tisser la matière.

Mais Peers est donc le premier à réutiliser l’ancien procédé. Chaque jour, des ouvriers ont prélevé, à l’aide d’une machine manuelle, la soie qui leur permettait de récupérer le fil des arachnides avant de les relâcher dans la nature.

La cape a été exposée au Victoria and Albert Museum, à Londres et à New York.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here